Comment investir dans l'immobilier à l'étranger ?

Comment investir dans l'immobilier à l'étranger ?

La France a obtenu le premier rang mondial d'IDE (Investissements directs étrangers) selon la Banque de France en 2012. Ainsi, l'immobilier est un secteur toujours porteur pour les Français. Cependant, comment investir dans l'immobilier à l'étranger ?

Descendre sur terrain

La première étape dans l'investissement à l'étranger consiste à se déplacer vers la localisation souhaitée. En effet, ce déplacement est un impératif en raison de la différence des règles juridiques même entre les pays de l'Union européenne. Dans ces conditions, l'investisseur est tenu de s'armer de prudence pour une immigration au-delà des frontières. De plus, cette tournée offre une meilleure prise de contact avec les experts de l'immobilier. Par la même occasion, la visite des locaux semble plus intéressante.

Par ailleurs, l'Europe constitue le choix le plus judicieux en matière d'investissement immobilier hors frontière. En effet, la monnaie unique, la libre circulation, les biens et les capitaux simplifient l'acquisition dans ces contrées. Dans le cadre d'un investissement immobilier, la rentabilité repose uniquement sur l'emplacement. Du reste, l'investisseur tient compte des spécificités régionales. L'autre critère à prendre en compte reste bien sûr le coût. Dernier critère : le marché locatif est à étudier minutieusement.

S'imprégner des lieux

Sur place, la meilleure stratégie consiste à prendre contact avec les meilleurs interlocuteurs. Évidemment, ces derniers se doivent d'être des locaux et des professionnels de la gestion immobilière. Par ailleurs, les notaires capables d'assister les investisseurs semblent rares, voire inexistants, dans certaines contrées comme les pays anglo-saxons. Ainsi, il semble préférable de se renseigner préalablement afin de repérer le meilleur interlocuteur. Bien entendu, l'authenticité de ses renseignements repose sur sa qualité.

Les règles fiscales sont également à prendre en compte lors de l'investissement. Effectivement, la fiscalité sur la plus-value suite à une revente du bien doit faire l'objet d'une étude approfondie. D'ailleurs, la France a conclu une convention fiscale avec certains pays. Par conséquent, les revenus fonciers de l'investisseur sont imposables dans les régions même s'ils sont exonérés en France. Outre la fiscalité du marché, les droits de succession sont également à prendre en compte lors de l'acquisition.

Réaliser l'investissement

Dans le cadre d'un placement dans l'immobilier à l'étranger, l'investisseur est confronté à deux choix s'il décide d'emprunter. D'un côté, il demande un crédit en France, d'un autre, il en sollicite un auprès d'un établissement bancaire du pays d'accueil. Dans le premier cas, les institutions financières réclament des garanties en France (hypothèque, caution d'un contrat d'assurance-vie…). Dans le deuxième cas, l'investisseur s'expose aux risques de change, car le remboursement s'effectue dans la devise locale et non dans celle de l'investisseur.

Afin de garantir un financement sécurisé, l'investisseur sollicite les services d'un conseiller immobilier. En effet, ce dernier accompagne ses clients dans les démarches d'investissements. De plus, il intervient même dans les négociations et offre les solutions selon les besoins des investisseurs. Ainsi, les conseillers comme Frédéric Hottinger jouent un rôle décisif dans la finalisation de l'investissement. De surcroît, Frédéric Hottinger met à disposition des investisseurs ses années d'expérience afin de les encadrer dans leur activité financière.

Autres Sujets